Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : conso-responsable.over-blog.com
  • conso-responsable.over-blog.com
  • : Choisissons notre consommation. Ne la subissons pas. Les associations de consommateurs ne font que défendre la société de consommation. « Consommer, consommer, toujours plus… » Au mépris de la qualité et de l’éducation qui mènent pourtant à la liberté de choisir et d’agir. Elles sont complices et nous envoie dans le mur. C’est un fait ! La société de consommation détruit le lien social, dévore l'environnement. Face au consumérisme, regroupons-nous !
  • Contact

Rejoignez-nous ?

Contacter nous en écrivant à consommateurs.responsables[@]gmail.com

 

Rejoignez-nous pour défendre la consommation responsable et faire avancer sa prise en compte par tous

 

Choississons notre consommation

 

Ne la subissons pas

Recherche Dans Ce Site

20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 16:09

Le vendredi 15 octobre 2010, Jacques Attali remettait au Président de la République, au nom de la commission qui porte son nom, et au nom des 44 membres la composant,  son second rapport, 2 ans après le premier opus collectif. Rappelons que l’objectif de ce rapport est tout simplement de faire des propositions permettant de remettre dans une dynamique de croissance notre économie. Ainsi, la commission émet 27 nouvelles propositions censées remettre la France sur le droit chemin.

 Une fois cette introduction faite et après quelques minutes de lecture des propositions faites par la commission Attali, une première remarque s’impose. Nous ne sommes clairement pas sur le même chemin. Nous ne sommes même pas certain de vivre sur la même planète ! Terrattali

Le constat : consommateurs et citoyens, vous êtes coupables !

Ce nouveau rapport complète le précédent et effectue une prospective sur la France de 2020 sous l’hypothèse de l’application des 316 propositions (voire révélations prophétiques) du premier rapport et des 27 nouvelles.

Nous ne revenons pas sur le constat dressé par la commission qui nous expose un pays plein d’atouts, promis à un avenir sublime tel qu’on le comprend au travers des expressions du type « dynamique avec ses grands groupes industriels internationaux et ses PME innovantes », « attractif pour les investissements », « créatif avec ses chercheurs, ses mathématiciens, ses ingénieurs, ses cadres, ses artistes, ses artisans, ses ouvriers », « socialement dynamique » , « capacité d’adaptation de sa population », « système de protection sociale unique au monde »,…

La commission note toutefois que le pays est « dans une situation très difficile : … dette, chômage, précarité. » et parsème son rapport de constat lui permettant d’asséner ses solutions drastiques et dénuée de réalité (je vous l’ai déjà dit !! Nous ne vivons pas sur la même planète). On peut ainsi lire des critiques du système éducatif qui recule, le constat d’un« endettement croissant et de perte de compétitivité », le drame de « la politique française du logement est l’une des plus coûteuses », le « taux de chômage très élevé (…) qui perdure depuis près de trente ans », l’«’insuffisance des gains de productivité », la« perte de compétitivité du pays», l’«ascenseur social est en panne », …

La crise économique dans tout cela ? Balayée par sa sainteté sur l’autel de la crise de l’endettement privée et du dérèglement du système financier américain. Les vilains ! Finalement, la crise, c’est surtout à cause des autres et des blocages inhérents à un pays où on ne veut pas prendre de risque nous, pauvres imbéciles de français ! A les croire, nous sommes dans un pays où nous pourrions prendre des risques parce que nous pourrons réussir et qu'en cas d'échec, le rebond est possible. Il semble oublier que les banques ne prêtent qu’aux riches, que les grands groupes sont féroces et voraces et qu’ils laissent les petits prendre des risques avant de les écraser dès que l’opportunité se présentent. Ils oublient finalement que si nous sommes dans cette situation catastrophique c’est uniquement parce que cette société de consommation à laquelle ils tiennent tant, a poussé à toujours plus de production et que celle-ci se mesure sur l’échelle inique mais surtout inadapté de la croissance économique. Notre bonheur ne les intéresse pas. Bêtes de sommes nous sommes, bêtes de sommes ils souhaitent nous contraindre.

Focus sur la relance : l’emploi

La commission Attali propose de relancer la politique de l’emploi ! Voilà une bonne nouvelle ! Par contre, dès qu’on se penche sur la solution proposée, tout se gâte. Evidemment.

Les extraterrestres de cette commission proposent en effet de relancer l’emploi en proposant la règle d’un contrat de travail à droit progressif. Pour faire clair, la protection des salariés serait croissante avec l’ancienneté, ce qui laisserait ainsi champs libre aux employeurs véreux de pratiquer un turn-over énorme, provoquant une misère de l’emploi chez les jeunes (diplômés ou pas) et permettrait, in fine, de détruire le droit du travail. La précarité de l’emploi prônée par l’ensemble de ses personnalités aux salaires sans mesures avec les nôtres, s’accompagnera d’un affaissement des salaires et donc de notre pouvoir d’achat. CQFD !

 

Si la commission propose, à juste titre de renforcer la formation professionnelle, elle propose également de transférer une partie des cotisations sociales sur la TVA ! On croit marcher sur la tête ! Quand on sait que le TVA est l’impôt le plus injuste, inégalitaire et le plus contraignant quant au développement d’une consommation responsable, porteuse d’équité, de respect de chacun et de l’environnement, on se prend à croire mordicus que ces hautes personnalités de la commission Attali nous viennent d’une autre planète !

 

 


Comment peut-on demander à chacun, y compris au plus humble d’entre nous, de supporter le déplacement des cotisations patronales depuis les entreprises vers la TVA ?

Ont-il déjà oublié que nous, consommateurs, payons déjà ces cotisations puisque les entreprises font toujours financer leur dépenses par leur client (et qu’au final, les clients, c’est nous !). Avons-nous été si méchants que nous méritons la double peine ?


Ils sont tombés sur la tête ! Pire que ça, ils nous déclarent, sans rire que ces solutions permettons de relancer l’emploi et inscriront la France dans une croissance de l’ordre de 2,5% dès 2020.

Conclusions

Les membres de la commission proposent de relancer l’économie française et de créer les conditions d’une croissance jamais vu depuis 40 ans. En dérégulant l’emploi et en créant les conditions de la précarité et de l’insécurité sociale, ils pensent que nous pourrons ainsi créer des emplois et donc relancer la consommation. Cette sacrée consommation, qui fournit, via la TVA, quasiment 50% des recettes de l’état. Mais… Ont-ils oublié que la précarité tire toujours les salaires vers le bas ? En outre, ils nous proposent un monde dérégulé et dynamique mais il semble oublié que l’inertie des grand groupes industriels et des banques par exemple sont très largement à l’origine de la crispation cramoisie de la France et de sons économie ? Croient-il vraiment que cette relance qu’il propose provoquera les conditions de la croissance pour chacun ou nous cachent-ils d’une part que cela servira surtout à protéger les nantis et, d’autres part qu’ils n’ont aucune notion de la vie que nous menons ?

Les membres de cette commission nous proposent de fourvoyer notre République sociale (la constitution le mentionne, l’ont t-ils oublié ?) pour un monde dérégulé où les grands gagnants seront les élites financières et économiques en place qui joueront avec les salariés en les utilisant et en les jetant ? Quitte à sombrer, sauvons les riches, tel semble être le mot d'ordre de la commission et de ses membres ! Au secours !!! Ils sont devenus fous !! Revenez-nous, membres de la constituantes, esprit libres, philosophes, penseurs, utopistes... Reprenez leurs leur jouet et reprenez la parole. Imposez votre parole.

 

Nous avons connu les slogans du type "du passé faisons table rase", la commisison Attali vient d'inventer "du futur, faisons table rase". Nous ne nous reconnaissons ni d'un côté, ni de l'autre. Nous défendons une société responsable, basée sur les pricipes de la République et inscrite dans une démarche de solidarité et d'équité.

 

 


Nous proposons, en parfaite opposition à cette commission :

  • - la disparition de la TVA (voire l’article sur ce sujet)
  • - le paiement des impayés sociaux par les entreprises fraudeuses ou famillière du chantage à l'emploi
  • - l’établissement d’un indicateur social et environnemental permettant de définir un indice de pondération des prix, pour mettre en avant les produits les meilleurs et de stigmatiser les plus nocifs

 

Enfin, puisque cela est à la mode, nous demandons la mise en place d’un Grenelle de la consommation à l’échelle européenne dans lequel nous devrions définir une politique industrielle communautaire permettant d’assurer une coopération interne à l’UE et externe avec nos partenaires dignes et respectueuses. Ce moment devra également être le moment de définir les utopies et les objectifs que nous nous engageons à suivre en généralisant les politiques destinées à prôner une consommation responsable et à remettre en exergue la "consommation intellectuelles" (nous pouvons, nous aussi, utiliser des gros mots!) au travers des arts et de la culture.

 

Parce que nous ne sommes que des chiffres, nous adressons ici, non pas un carton rouge pour la commission mais 45 cartons rouge pour ses 45 membres. (Pour connaitre sa composition, n'hésitez pas et dites-nous si vous y reconnaissez des esprits libres, acteur du progrès, ayant fait montre d'une réelle vision inscrite dans la réalité de la raréfaction des biens, de la recherche du bonheur ou même, ne serait-ce que dans une réelle proximité avec la population...).

 

Quant on pense que les membres de cette commission, solidaires des propositions, comporte notamment la présidente d’une association de consommateurs… Une raison de plus pour soutenir l’action que nous menons en faveur d’une consommation responsable.

 

Pour réagir à cet article, écrivez-nous ! Et soutenez-nous.

 

P.S. : pour la rédaction de cet article, nous avons apprécié la lecture de l’article publié par Roland et disponible en cliquant ici.

Partager cet article

Repost 0
Published by conso-responsable - dans Actualités et Réactions
commenter cet article

commentaires