Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : conso-responsable.over-blog.com
  • conso-responsable.over-blog.com
  • : Choisissons notre consommation. Ne la subissons pas. Les associations de consommateurs ne font que défendre la société de consommation. « Consommer, consommer, toujours plus… » Au mépris de la qualité et de l’éducation qui mènent pourtant à la liberté de choisir et d’agir. Elles sont complices et nous envoie dans le mur. C’est un fait ! La société de consommation détruit le lien social, dévore l'environnement. Face au consumérisme, regroupons-nous !
  • Contact

Rejoignez-nous ?

Contacter nous en écrivant à consommateurs.responsables[@]gmail.com

 

Rejoignez-nous pour défendre la consommation responsable et faire avancer sa prise en compte par tous

 

Choississons notre consommation

 

Ne la subissons pas

Recherche Dans Ce Site

12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 16:25

Nous le savons tous, la gestion des ressources est l'un des enjeux cruciaux des années actuelles. Qu'il s'agisse d'énergie (de la problématique globale du dérèglement climatique anthropique ou de la consommation domestique par exemple), de l'eau (coût croissant de l'assainissement, dégradation de la ressource, directive européennes difficilement atteinte d'ici 2015,...) de la biodiversité (n'oublions jamais que notre pharmacopée provient de notre sciences du vivant, ni que la pollinisation est un élément clef de notre alimentation par exemple), les sujets environnementaux ne manque pas.

 

Il est un domaine qui marrie l'ensemble de ces enjeux en apportant une partie de la solution à chacun. Mieux, cette technologie, mise en place dans de nombreux pays, en nette progression en France et ayant fait ses preuves allie à tout cela l'esthétique ainsi que l'isolation phonique !

 

La végétalisation des toits, puisque c'est d'elle dont il s'agit consiste en la pose d'une couche végétale sur les toitures, reposant globalement sur la superposition de couche d'isolation, de drainage, de filtration, et d'une culture sur substrat mince (quelques centimètres) assurant à l'ensemble une masse d'environ 100kg/m² en contrepartie d'un gain esthétique non négligeable assuré principalement (en ce qui concerne la végétalisation dite extensive) par des plantes du genre sédum (plus de 400 espèces dites succulentes).

 

Les avantages de cette technologie sont suffisamment éloquents pour qu'elle puisse figurer en bonne place sur ce blog.

 

D'un point de vue énergétique tout d'abord, la présence d'un couvert végétal permet une protection du bâti du point de vue de l'amplitude thermique (qui peut dépasser les 80° en une seule journée). Le couverts végétal en absorbant une partie de l'énergie thermique et en la restituant lorsque le gradient thermique s'inverse assure ainsi un rafraichissement du bâtiment l'été et participe au maintient de la chaleur dans le bâtiment l'hivers : moins de chauffage et moins de climatisation.

 

Ce couvert végétal assure également une protection vis à vis des ultraviolets qui ont la mauvaise idée de participer à la dégradation de matériaux isolants. Mieux, le couvert végétal assure, outre cette fonction de tampon thermique, une fonction d'isolant phonique qui n'est pas négligeable, notamment dans les localitéss proches des aéroports.

 

Le système de drainage présent assure un écrêtement des pluies (moins de volumes d’eau affluant d’un seul coup dans les réseaux, donc moins d’engorgement et donc, moins de risque de débordement) et permet, pour les précipitations inférieure à 10mm (soit environ 90% des pluies en régions parisiennes !), une rétention d'environ 50% ! Ce sera donc autant d'eau évité au réseau d'assainissement (pensons ici à la région parisienne qui est muni d'un réseau unitaire - mélange des eaux grises et des eaux de ruissellements) et donc autant de volumes d'eau chargés (en terme de particules polluantes) en moins à traiter. Cette écrêtement et cette réduction des volumes envoyer au réseau d'assainissement contribueront également à augmenter la durée de vie des installations ce qui constitue, là encore une économie non négligeable.

Autre point fondamental de cette technologie, la présence de végétation assure une régulation hygrométrique. En effet, la respiration des plantes contribue de façon non négligeable au rafraichissement de l'air en zone urbaine ou la concentration de surface minérale a tendance à dessécher l'air ambiant. Les végétaux présents sur les toitures participent ainsi à un confort de vie dans le cadre urbain qui, souvenons-nous en, sera de plus en plus denses dans les années à venir du fait de la lutte contre le mitage du territoire.

 

Dans le même ordre d'idées, les toitures végétalisées participes à la fixation des poussières et contribuent, là encore, à l'établissement d'un cadre de vie assaini.

 

La biodiversité tire également son épingle du jeu puisque la présence de végétation induit immédiatement la présence d'un cadre écologique favorable à la présence d'oiseaux par exemple, participant, de fait au maintient et à la continuité du cycle biologique.

 

Enfin, pour conclure, l'un des avantages incontournable de cette technologie réside dans son côté esthétique. Certes, si l'on peut envisager une monétarisation des différents points évoqué ci-dessus, ce sera plus difficilement le cas pour le côté esthétique. Cependant, il est indéniable qu'un univers végétalisé apporte une sérénité, un confort visuel et une quiétude propice à un accroissement de la sociabilité de chacun.

 

 

Si cet article sent un peu la promotion gratuite c'est tout simplement parce que cette technologie qui, encore une fois à fait ses preuves (1m² sur 6 est végétalisé en Allemagne par exemple...), ne bénéficie quasiment d'aucune subvention (en dehors d'un soutien de la Région Ile de France, du Département des Hauts-de-Seine, et de quelques autres dispositifs encore très parcellaires).

 


Les consommateurs pourraient pourtant profiter très utilement de cette technologie puisque, pour un coût variable (entre 30 et 100€ par m²), il devient possible de réaliser des économies d'énergie et de participer à la réduction des volumes d'eau à assainir. En outre, l'apport à l'assainissement des conditions de vie (qualité de l'air, humidification d'un air urbain desséché, qualité esthétique,...) devrait être monétarisé, ne serait-ce qu'à macro échelle afin de permettre à chacun de pouvoir profiter d'un mode de vie plus écologique, plus économique et tellement plus sympathique !

Il serait ainsi légitime que la végétalisation deviennent accessible et soit inscrite dans la prochaine élaboration du budget comme ouvrant droit à un crédit d’impôt développement durable (200 quater) ainsi qu’à un éco prêt à taux zéro. Les logements sociaux doivent également s’emparer de cette technologie et il serait intéressant d’envisager la question de la végétalisation d’un point de vue sociologique. Enfin, en montrant l’exemple et en poursuivant leurs efforts en matière de Haute Qualité Environnementale©, les collectivités et administrations publiques représentent substrat favorables à la mise en place de la végétalisation, permettant en outre de dresser des bilans relativement aux consommations de flux (eaux, énergie), ainsi qu’à la relation à l’environnement (bien-être, quiétude,…).



 

 

J'allais oublier ! La végétalisation extensive ne nécessite quasiment aucun entretien dès que le système est pérennisé. Il suffira simplement de s'assurer du bon écoulement de l'eau (10 minutes par ans !)

 

Ce n'est pas la coutume et ne le sera pas mais, l'association de professionnels de la végétalisation extensives des toitures propose un site très compler que je vous invite à visiter !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by conso-responsable.over-blog.com - dans Energie
commenter cet article

commentaires