Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : conso-responsable.over-blog.com
  • conso-responsable.over-blog.com
  • : Choisissons notre consommation. Ne la subissons pas. Les associations de consommateurs ne font que défendre la société de consommation. « Consommer, consommer, toujours plus… » Au mépris de la qualité et de l’éducation qui mènent pourtant à la liberté de choisir et d’agir. Elles sont complices et nous envoie dans le mur. C’est un fait ! La société de consommation détruit le lien social, dévore l'environnement. Face au consumérisme, regroupons-nous !
  • Contact

Rejoignez-nous ?

Contacter nous en écrivant à consommateurs.responsables[@]gmail.com

 

Rejoignez-nous pour défendre la consommation responsable et faire avancer sa prise en compte par tous

 

Choississons notre consommation

 

Ne la subissons pas

Recherche Dans Ce Site

24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 18:38

Nous aurions aussi pu titrer cet article : " Marché de l'Electroménager : Marketing 1 – Innovation 0 "

 

Nous avons mené une grande enquête sur le marché des réfrigérateurs afin de déceler les tendances du marché et notamment les engagements des industriels en termes d’innovation et d’investissements du « créneau porteur » des économies d’énergie. Pourquoi les réfrigérateurs ? C’est très simple : cet appareil électroménager est le plus présent dans nos foyers avec un taux d’équipement supérieur à 97%. On imagine d’ailleurs très bien l’intérêt à gérer l’obsolescence de ces produits.

 

Comment avons-nous procédés ?

 Nous avons analysé 365 réfrigérateurs. Du petit volume au réfrigérateur américain, en passant par ceux disposant ou non d'un congélateur. Nous avons constitué une base de données que nous avons scrupuleusement vérifiée et soumise à la moulinette de la statistique. Nous vous proposons ici les résultats les plus marquants.

 

Nous avons effectué notre analyse en nous basant sur des données parfaitement opposables puisqu’il s’agit notamment de l’étiquette énergie (classe A, A+, A++) et de la consommation annuelle telle qu’elle est fournit par les fabricants eux-mêmes.

   
                                                                                                                  

Petit calcul informatif à la louche

Nous sommes, en France, environ 26 millions de ménages. A raison d’un taux d’équipement de 97% (il est en réalité un peu supérieur) et en tenant compte d’une durée de vie de 15 ans (nous sommes optimistes !), nous en arrivons donc à un volume de vente annuel d’environ 1,7 millions de réfrigérateurs par an. A raison (toujours à la louche), d’un prix médian de 600€ (là encore, nous sous-estimons), on en arrive à un total effarant d’environ 1 milliards d’euros… A ce prix là, il doit y avoir moyen d’investir dans la recherche et développement et de produire des appareils économes !
   

Cette dernière précision a son importance car il est évident que les contrôles de cette l’information sont bien insuffisants par rapport aux nombres d’appareils ce qui laisse un espace aux industriels pour « améliorer » leurs propres résultats. Nous avons donc pris acte de ces valeurs qui, sont censées être en conformité avec la norme EN 153 (avec toutes les précautions d’usage quant à l’intérêt des normes mais, ce n’est pas la question ici). Afin également de comparaison ultérieure (si possible) avec d’autres comparateurs, nous avons choisi un prix du kWh de 0,16€, soit, notamment, le même que celui proposé par le site TOPTEN.

 

Rentrons maintenant des les résultats…

 

Chacun connait les réfrigérateurs américains aux prix assez déconcertants ! Afin de ne pas biaiser les résultats, nous avons effectué une étude en deux partie. Dans un premier temps, nous ne prenons pas en compte lles réfrigérateurs américains et, par la suite, nous les étudions spécifiquement. Nous verrons que cette précaution a son importance…

Résultats d’appareils classiques (sans tenir compte des réfrigérateurs américains)

Congélation ou pas ?

D’un point de vue global, nous avons observé que le marché propose 75% de réfrigérateurs avec un congélateur ou un freezer. Nous avons constaté que ce critère n’est pas du tout négligeable puisque nous avons observé à l’achat un surcoût de 12% et, à l’usage, un surcoût de 40%. Il importe donc de bien envisager l’achat et d’utiliser en conséquence le congélateur. Rappelons d’ailleurs ici qu’un mauvais entretien du congélateur ferra grimper la facture bien au-delà des 40% à l’usage.

 

Au final, au bout de 15 ans, nous notons tout de même un surcoût du au congélateur de l’ordre de 27% (achat+usage). Encore une fois, sans entretien, ce chiffre grimpera allégrement…

Etiquette énergie : faux amis de la facture finale !

Très instructif, l’étude de l’offre et des prix en fonction des classes d’énergie nous révèle des aspects que nous pouvions redouter mais qui sont bien une réalité. En effet, si les réfrigérateurs de classe A sont moins chers à l’achat, en revanche, le coût d’usage sur 15ans est assez douloureux. Et pourtant, ils sont tout de même de classe A… Cela laisse songeur sur l’intérêt de la nomenclature des classes énergétiques. Voyons plutôt les tableaux ci-dessous dans lesquels nous avons mis en vert les résultats les plus importants  et en rouge, nous avons pointé le pire du pire !

 

Coût d'achat
  Pas de congélateurs Avec un congélateur Moyenne
A                      389 €                      518 €                      485 €
A+                      654 €                      716 €                      696 €
A++                      690 €                      799 €                      780 €
Moyenne                      570 €                      648 €                      626 €
       
Coût d'usage (pendant 15 ans)
  Pas de congélateurs Avec un congélateur Moyenne
A                      444 €                      802 €                      711 €
A+                      421 €                      690 €                      604 €
A++                      395 €                      494 €                      477 €
Moyenne                      428 €                      716 €                      633 €
       
Coût global d'utilisation (achat + usage)
Congélateur ou freezer Pas de congélateurs Avec un congélateur Moyenne
A                      833 €                   1 321 €                   1 196 €
A+                   1 076 €                   1 406 €                   1 300 €
A++                   1 084 €                   1 293 €                   1 256 €
Moyenne                      998 €                   1 365 €                   1 259 €

 

Comme nous l’avons déjà dit, 75% des appareils disposent d’un congélateur. On constate que pour les appareils n’en disposant pas, classe A+ ou A++ sont quasiment équivalentes et que, finalement, les appareils de classe A demeurent les meilleurs. Cela signifierait que les industriels délaissent ce marché qu’il n’en serait pas autrement puisque ce résultat ne traduit clairement aucun effort de conception sur les classes A+ ou A++. Ces types d’équipement demeurent, de manière abrupte, moins intéressants que les classes A. Les consommateurs sont donc orientés par le marché et les distributeurs vers les appareils disposant d’un congélateur (et qui sont plus chers et plus nombreux !). voilà, au passage, un bel exemple de besoin créé par l’industrie…

 

A ce sujet d’ailleurs, nous constatons que le coût global le plus intéressant, au bout de 15 ans, correspond aux réfrigérateurs de classe A++ quand le pire résultat est affiché par les classe A+. Ce résultat nous permet de tirer trois revendications fondamentales :

  • - il est tout à fait possible de produire des appareils consommant moins d’énergie électrique
  • - nous demandons également aux pouvoirs publics de revoir leur copie puisque, nous tenons ici à le rappeler, nos députés ont repoussé d’un revers de main les propositions d’un crédit d’impôt sur certains équipements électroménager ce qui pourtant permettrait un gain collectif en terme de consommation d’énergie et donc un intérêt certain pour tous.

     


    Nous déplorons finalement que les économies d’énergie soient surtout et sans le moindre espoir de changement, accessibles aux consommateurs disposant d’un pouvoir d’achat certain leur permettant d’acquérir les meilleurs équipements. Cette inégalité sociale est insupportable.

    Focus sur les réfrigérateurs américains

    Ce qui était attendu apparaît clairement ! Le marché de ces produits n’est pas tout à fait le même que celui des réfrigérateurs traditionnel. En effet, nous constatons, globalement, un énorme surcoût surtout à l’achat avec un prix moyen multiplié par 2,7 par rapport aux équipements équivalents traditionnels. A l’usage, ce n’est pas terrible non plus puisque ces appareils consomment beaucoup plus que nos bons vieux « frigo ». On note une multiplication moyenne d’environ 1,7. Ainsi, un classe A+ coûtera, au bout de 15 ans, environ 1051€ d’électricité contre 604€ pour le même équipement au format traditionnel. 447€ d’écart, c’est un peu cher la machine à glaçons !

    Seul point commun avec les équipements traditionnels, ce sont encore, en terme de coût global, les classe A+ qui sont les plus mauvais élèves avec un surcoût de 9% par rapport au classe A (contre un surcoût de 5% pour les classe A++ par rapport au classe A). Globalement, mieux vaut donc, si vraiment sous souhaitez un équipement de ce type (que nous déconseillons vivement), vous contenter d’un classe A.

     

    Autre conclusion très intéressante, le marché des réfrigérateurs américains suit une logique différente de celle des équipements traditionnels puisque, très cher à l'achat, ils s'adressent à une clientèle possédant un pouvoir d'achat déjà conséquent. De fait, le surcoût observé est minime entre un réfrigérateur américain de classe A++ et un réfrigérateur de classe A (141€ en 15 ans). Cependant on constate tout de même les effets du marketing puisque le marché propose une large gamme de produit de classe A+ qui, eux, sont 9% plus cher au final (soit 267€ en 15 ans). Cette différence provient du fait que les classe A++ sont plus efficaces en termes d'économie d'énergie (gain sur 15 ans de 258€ entre un classe A++ et un classe A+) alors que les deux types ne sont, à l'achat, éloignés que de 162€ qui sont donc, au final, largement récupérés à l'usage.

     

    Au final, tout comme les équipements traditionnels, nous constatons que l’intérêt économique prime et que les appareils les plus proposés aux consommateurs sont bel et bien les plus coûteux.

    Et cela vaut partout ! Le marketing utilise parfaitement l’étiquette énergie mais uniquement à son profit…

    Avant de conclure, une dernière petite information tout de même. Nous avons fait des études similaires sur les laves linges, les sèche-linges et enfin les combiné lavant/séchant. Devinez ce que nous avons trouvé...


    Bien entendu ! L’offre la plus abondante sur le marché n’est quasiment jamais la plus économique à terme. Un exemple très simple permet d’illustrer ce constat navrant. Les machines à laver les plus présentes dans les rayons sont celles prévues pour des lavages de 6kg. Dans cette catégorie, les machines les plus vendues présente une étiquette A+AB ou AAB pour un coût global (prix à l’achat additionné du coût d’usage calculé pour 1000kg de linge lavé par an pendant 10 ans) respectivement de 1125€ et 1036€. La meilleure machine proposée propose quant à elle une étiquette AAC (soit, moindre que les précédentes) pour un coût global de 943€.

    Une moins bonne machine permet donc de réaliser une centaine d’euros d’économies… Ce n’est pas extrêmement cohérent et nous sommes donc en droit de nous poser la question du parti pris marketing des fabricants (pourquoi changer une ligne de production, ce qui coûte, pour changer des produit qui sont, de toute façon vendus !) tout comme du rôle marketing des distributeurs qui se contente de proposer ce qu’ils ont toujours proposés. Les consommateurs ne peuvent décemment pas décider de ce qu’il y a en rayon !

     

    Machine à laver, sèche linge, réfrigérateur, et bien d’autres que nous avons analysé. Il est clair que l’étiquette énergie est très pratique pour mettre en avant les produits, vanter la concurrence et vendre un peu plus cher les produits « un peu moins bons » du fait qu’ils sont quand même « très bons d’un point de vue de l’étiquette énergie ». Cependant, au final, les consommateurs sont très souvent mis en situation d’acquérir des produits présentant une facture bien plus lourde que prévue. Moins d’énergie consommée mais bien plus d’euros dépensés quand il est possible de faire du « gagnant-gagnant ». Dindons de la farce…

    Conclusion : une étiquette à revoir

    Nous n’avons pas publié ici l’ensemble des résultats que nous avons obtenu puisque nous avons également procédé à biens d’autres comparaison et nous avons analysé les résultats en fonction des marques, des volumes de réfrigération ou de congélation, de l’autonomie ou encore en fonction d’indicateur d’efficacité. Nous avons également produit un comparatif très instructif permettant de sélectionner les appareils les plus pertinents en fonction d’un grand nombre de critères d’achat (prix, coût d’usage, volume, nombre de clayettes, avec ou sans congélateur, volume de congélateur, typé américain, dimension, autonomie,…).

     

    Cependant, nous pouvons d’ores et déjà conclure ici sur deux points principaux

    • -  l’étiquette énergie est parfaitement inopérante puisque nous avons constaté, quelque soit le type d’appareils que les appareils de classe A+ sont les moins intéressants alors que ces appareils sont censé être meilleur que les appareils de classe A. Cette étiquette doit donc être revue de fond en comble pour tenir compte du coût d’usage. Nous demandons également à ce que la fuite en avant de cette étiquette s’arrête avec la mise en place d’une nouvelle grille bloquée en A (ainsi, respectivement, A++, A+ et A deviendraient A, B et C). Certes, les industriels ne seront pas satisfaits mais cela mettra au moins un coup de peps à leur intérêt à investir les champs de l’innovation et de la R&D.
    • -  nous déplorons que le marché se concentre principalement sur les appareils de classe A+. Nous ne pouvons pas nous contenter d’explications relatives à une offre restreinte des fournisseurs. Nous voyons dans cette situation une attitude délibérée permettant de vendre des appareils chers sous couverts d’intérêts énergétiques quant, comme nous l’avons démontré, les consommateurs se retrouvent finalement avec les pires équipements disponibles. Le marketing orienté clients a bien calculé son affaire et nous dénonçons fermement cette situation. En conséquences, nous demandons un effort vif et rapide pour permettre aux consommateurs d’accéder à de bons équipements, de classe A++ au travers d’une massification de l’offre, d’une baisse des prix (permettant la massification de l’équipement des ménages) et la mise en place de prêt à taux zéro sur les principaux équipements électroménager.

     

    PROPOSITION                                

    Cette étude nous a fournit de très nombreuses indications sur le marché des réfrigérateurs. Nous n’avons bien entendu pas tout publié ici. Cependant, il nous est possible de produire bien d’autres analyses et prospectives et de fournir de l’argumentation étayée, contradictoire et opposables.

     

    Nous sommes également en capacité de produire d’autres études sur d’autres sujets, qu’il s’agisse d’équipements, de marchés de biens ou de services, de conjoncture,….. Nous sommes disposés à produire toute analyse nécessitant enquête, analyse de données, expertise statistique et vision prospective des marchés et des situations, en toute connaissance des enjeux et des contextes.


     

    Si vous êtes intéressés, n’hésitez pas à nous contacter. Nous nous ferrons un plaisir d’envisager vos propositions et de vous apporter une proposition adaptée.

     

    Vous pouvez nous contacter en écrivant à consommateurs.responsables@gmail.com

     

    A très bientôt

Partager cet article

Repost 0
Published by conso-responsable - dans Energie
commenter cet article

commentaires

Juliette 30/03/2017 14:08

Merci pour l'analyse de cette étude et les conclusions à en tirer, un article que je recommanderai

Anne-Elise 12/03/2015 11:46

Pensez-vous que les armoire frigorifique professionnelle seront bientôt à économie d’énergie au même titre que les frigo grandes consommation ?