Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : conso-responsable.over-blog.com
  • conso-responsable.over-blog.com
  • : Choisissons notre consommation. Ne la subissons pas. Les associations de consommateurs ne font que défendre la société de consommation. « Consommer, consommer, toujours plus… » Au mépris de la qualité et de l’éducation qui mènent pourtant à la liberté de choisir et d’agir. Elles sont complices et nous envoie dans le mur. C’est un fait ! La société de consommation détruit le lien social, dévore l'environnement. Face au consumérisme, regroupons-nous !
  • Contact

Rejoignez-nous ?

Contacter nous en écrivant à consommateurs.responsables[@]gmail.com

 

Rejoignez-nous pour défendre la consommation responsable et faire avancer sa prise en compte par tous

 

Choississons notre consommation

 

Ne la subissons pas

Recherche Dans Ce Site

9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 11:13

L’hiver est là et bien là. Avec lui, le chauffage domestique va bon train et nous coute, à chacun de plus en plus cher. Rassurons-nous, à grand coup de publicité, on nous vante la qualité du gaz, du fioul, de l’électricité. Mais en réalité, qu’en est-il réellement ? Voyons ça ici grâce à une simple comparaison avec notre pouvoir d’achat.

La méthode

Nous avons constitué un indicateur très simple en partant de 1989 qui constitue donc l’origine de nos comparaisons. Nous utilisons le prix annuel des énergies, ainsi que le pouvoir d’achat du revenu disponible brut. Ce pouvoir d’achat est celui classiquement utilisé par l’INSEE et correspond à ce qui reste entre les revenus (salaire, patrimoine, prestations sociales) moins les impôts et prélèvements sociaux. Chacune des données analysées à partir de 1989, ce qui permet d’évaluer l’évolution sur 20 ans.

A partir de ces données, nous avons calculé la valeur d’un indicateur très simple correspondant au rapport entre le pouvoir d’achat et, respectivement, le prix de l’électricité, du gaz et du fioul domestique.

Résultats

Le résultat que nous voyons sur la courbe suivante est très simple à analyser.

 

Energie et pouvoir d'achat

 

On constate que, depuis 20 ans, le poids de l’électricité dans le budget des ménages a sensiblement peu évolué et a même, depuis 10 ans était plutôt orienté favorablement pour les ménages. Cependant, on note depuis 2008 une tendance qui semble se prolonger vers un coût plus cher de l’électricité par rapport au pouvoir d’achat. On peut en effet s’attendre à ce que cette baisse de l’intérêt de l’électricité se prolonge, du fait notamment de la loi NOME et de l’obligation de vente par l’opérateur historique EDF d’une partie de l’électricité nucléaire. Le tarif de cette vente, fixée par la loi, est surévalué. La loi NOME prévoit en effet un prix de revente autour de 37€ par mégawattheure, contre 31€ d’après les préconisations de la CRE (Commission de Régulation de l’Energie). Pire encore, EDF voudrait une revente au alentour de 42€ ! Au final, le prix de l’électricité étant largement dépendant du prix de l’électricité nucléaire, les tarifs appliqués par les opérateurs du marché vont immanquablement exploser d’environ 10%. Et ça, ce ne sera que le début...

On voit immédiatement que l’électricité, envisagée comme un simple produit mis en concurrence, ne va plus permettre à chacun de disposer raisonnablement de l’énergie lui permettant d’assurer sereinement ses besoins quotidiens. Bien entendu, aucune proposition n’est fait quand à une progressivité des tarifs, indexée sur la taille des ménages, permettant de taxer principalement les gros consommateurs. Rappelons-nous également que la France, grosse productrice d’électricité nucléaire a vu les lobbys de l’électrique permettre le déploiement du tout-électrique que nous, consommateurs, allons très bientôt payer au prix fort.

 

Pour ce qui concerne le gaz et le fioul, les constatations sont bien plus simples puisque nous pouvons constater que, depuis 20 ans, le poids de ces deux énergies dans par rapport au pouvoir d’achat a largement grimpé. On note notamment pour le fioul, un pic très fort suite à la hausse de prix du pétrole de 2008. Cette année là, le chauffage au fioul avait été très très douloureux. Le gaz également subit régulièrement des hausses que nous pouvons constater ici puisque le poids du gaz par rapport à notre pouvoir d’achat ne cesse de grimper, petit à petit, et un peu plus encore depuis 5 ans. Il est loin le temps de la légende du « gaz moins cher que l’électricité ».

 

Ce sujet n'est aps annodin et ne touche pas qu'au porte monnaie. Nous savons bien que la production d'énergie fossile impacte sur l'environnement, depuis l'extraction jusqu'à la consommation, en passant par la distribution. Pire encore, nous sommes tellement dépendant de l'énergie que nous pouvons constater, en utilisant les données de l'INSEE, que le coût des matières première et le moral des français sont terriblement corrélés. On le constate notamment en 2008 alors que le pétrole augmente très fort, le moral des ménage diminue.

Energie et confiance

Voilà bien encore un argument pour sortir de cette dépendance au moral et reprendre la main sur notre avenir. Responsable !

Qu’est ce qu’un consommateur responsable demande ?

Nous savons pertinemment que les ressources fossiles s’épuisent et que, de fait, les coûts d’exploitation des gisements et donc de distribution aux consommateurs vont grimper. Les prix du gaz et, bien entendu, du fioul, étant indexé sur le prix du pétrole, il n’y aura aucun miracle de ce côté-là. L’électricité nucléaire dépend elle aussi de gisements qui n’en ont, eux-non plus pour longtemps au rythme actuel de consommation. Plusieurs solutions émergent ou sont déjà en production tel que le solaire, le photovoltaïque, l’hydraulique (saturé en France), où de plus étrange tel que les gaz de schistes, véritables catastrophes écologique.

 


La solution est pourtant assez simple ! Si on ne peut par consommer plus, alors consommons moins ! La posture responsable est bien celle-là ! Et elle repose sur deux piliers indissociables.

  • - d’un côté, il nous revient à chacun de ne pas surconsommer notre énergie domestique (appareil en veille, couvercle sur les récipients qui chauffent, usage modéré du four, éteindre la cafetière, éteindre les lumières,…). Certain se diront que, de toutes façon, ce n’est pas grave sauf qu’au final, ce sont plusieurs dizaine d’euro par an qui s’envole. D’autre diront qu’ils ne voient pas pourquoi ils ferraient des efforts quand leurs voisins n’en font pas. Et bien, invitons le à changer !
  • - pour cela, nous proposons la mise en place d’un service public de la facturation énergétique (pour dire proprement ici que nous pensons que l’énergie ne pourra par durablement demeurer dans un secteur concurrentiel totalement dérégulé). Ce service devrait ainsi mettre en place une tarification progressive indexée sur la taille du ménage et la localisation géographique et proposant un tarif de base puis une augmentation progressive à mesure que la consommation dépasse un seuil raisonnable. Il n’y a clairement aucune difficulté à mettre ces tarifs en place. Sauf peut-être une absence de volonté politique.

Nous, consommateurs responsables, nous devons aujourd’hui exiger la mise en place dans les plus brefs délais, d’un tarif progressif permettant à chacun de disposer d’une énergie indispensable dans la société actuelle énergo-dépendante, et invitant les sur-consommateurs à réduire leur gaspillage. Nous demandons également que les consommateurs soient respectés et que la péréquation soit réajustée puisqu’actuellement, les entreprises profitent, elles, de tarifs dégressifs (plus elle consomme, moins elles ont un tarif élevé). Cette aberration doit cesser sans délais tout en assurant le maintient des conditions sociales des salariés des entreprises visées.

 

Dernièr point, nous pouvons aussi choisir :

 

Pour réagir, apporter vos propositions ou vos idées, écrivez-nous !

Et toujours, rejoignez nous et faites adhérez autour de vous.

Partager cet article

Repost 0
Published by conso-responsable - dans Energie
commenter cet article

commentaires

Vindor 19/11/2013 21:02

Oui sauf que la production annuelle de petrole par habitant n'a pas bouger depuis 30 ans. Comment expliquez vous maintenant la hausse des prix et du pouvoir d'achat relatif du petrole ? Simplement
par la speculation boursiere à mon avis.